Bénin/Employeurs: la Coneb n’a rien de conflictuel avec le CNP, selon le pdt Fèliho
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin/Employeurs: la Coneb n'a rien de conflictuel avec  le CNP, selon le Pdt Fèliho

La Confédération nationale des Employeurs du Bénin (Coneb) qui s’est donnée pour mission de défendre la cause des entrepreneurs à l’instar du Conseil National du Patronat (CNP) n’a rien de conflictuel avec cette dernière, selon le Président Albin Fèliho, qui est intervenu, dimanche sur l’émission “zone franche“ de Canal3-Bénin. S’est-il également prononcé sur le Programme d’Action du Gouvernement dont plusieurs projets sont susceptibles d’être soutenus par ladite confédération qu’il préside de puis un an.

Par Nicole HADAGBA

De l’urgence de diversifier les pensées et les actions dans une vision de large représentation au profit des acteurs du secteur privé vis-à-vis de l’État central naquit la Coneb dont les rênes ont été confiées à Albin Fèliho, promoteurs de l’agence de voyage “Évènementiel “ et président du Fonds Gav AOC. Après un an d’exercice confédéral, l’élu consulaire et expert consultant dans le tourisme a réitéré, hier sur Canal3-Bénin, le contexte obligataire de la création d’une telle confédération sœur au CNP au sein duquel, il a assumé une responsabilité de secrétaire général pendant dix années.

En en un an, la Coneb s’est évertuée, à favoriser l’existence aux entreprises à travers notamment, diverses sensibilisations des acteurs du secteur privé;  l’accès facile à la représentation et aux financements ; la proposition des solutions aux problèmes advenus de la dévaluation du naira et à rencontrer les acteurs des institutions de la République ; tout ceci, suivant un plan de travail annuel. La Coneb qui réunit des micros entreprises ainsi que des multinationales joue un rôle de lobbying aux côtés de l’État central.

S’agissant de son rôle à la tête du Fonds Gav AOC, l’invité a indiqué que le “Fonds de Garantie des Agences de Voyages de l'Afrique de l'Ouest et du Centre  (Fonds GAV-AOC) comme son nom l'indique est “un mécanisme de solidarité agissante au profit des agences de voyages africaine“.

“Dans le monde de l’industrie du voyage, IATA impose une rigueur financière que bien souvent nos agences africaines ne peuvent assumer en l’état. Surtout lorsqu'on sait le peu d'engouement qu'ont les banques à accompagner les PME sur nos marchés“, a-t-il soutenu.

“Au lieu de voir des agences de voyages seules face à leurs destins devant la toute puissante IATA, les Africains ont réfléchi et ont trouvé l’idée géniale de créer une sorte de mutuelle qui permet de conjuguer les efforts. Ceci a des avantages indéniables pour les agences de voyages. Ces dernières sont à la fois garanties et couvertes par le Fonds et bénéficient d’une source additionnelle grâce aux intérêts générés par nos placements. C’est fort bien pensé ; c’est une institution multinationale exclusivement africaine qui se positionne dans 12 pays avec 117 agences de voyages “, a-t-il précisé.

La même émission a pris en compte des questions d’actualité dont le Programme d’Action du Gouvernement, la libération des espaces publics par déguerpissement et bien d’autres. Concernant le Pag, M. Féliho a apprécié au mieux le projet d’investissement lourd dans le secteur du tourisme, soulignant que ceci est une priorité qu’ils ont prévu et soumise aux divers régimes depuis 20 ans. La construction  de 20 mille logements en cinq ans dont quatre mille l’an est pour l’invité, une prévision salutaire puisque plusieurs secteurs d’activités trouveront à faire dans la réalisation. La rénovation des zones touristiques est également primordiale à son avis. Pour ce faire, il a proposé un markéting ciblé faisant allusion au Nigéria et surtout à la diaspora béninoise.

A la question de savoir son point de vu sur les travaux d’assainissement dont la libération des espaces publics, le président du Coneb a estimé que le préfet du Littoral, Modeste Toboula doit y aller et plus vite ; car pour lui, les populations n’ont aucun droit à s’approprier desdits espaces pour des fins commerciales.

Il a pour finir, souligné que le Pag du régime en place donne assez d’espoirs sur plusieurs  plans et c’est d’ailleurs sur cela que le président Talon devrait être jugé à la fin de son quinquennat.

HAN

Société