Bénin/Législative: la maison USL brûle d’inexpérience sociopolitique
se rendre sur le site newsafrika.info
    

Bénin/Législative: la maison USL brûle d’inexpérience sociopolitique


Cotonou, le 14 mars 2019 -[NEWS AFRIKA]- l’Union Sociale Libérale de Sébastien Ajavon est en lice pour les législatives avec ses carences sociopolitiques de formes et de fonds ! Mis à part les défauts administratifs à lui reprochés, ce parti traîne des insuffisances à l’interne qui ont pour nom, inexpérience avec à la clé, des défections pas des moindres dont de nouvelles sont en téléchargement.

Par Nicole HADAGBA

L’USL se disqualifie progressivement de la course pour la huitième mandature du parlement béninois ! Et pour cause, novices des questions politico stratégiques, les dirigeants dudit parti ont fait un positionnement à grincement de dents, sources des prochaines défections. Des aspirants USL approchés ont indiqués leurs mécontentements relatifs aux positionnements faits avec brimade de la gente féminine ; sans tenir compte du terrain politique et du poids sociopolitique de certains candidats.

Selon nos sources, certains candidats arrivistes ont obtenu directement leurs positionnements avec Sébastien Ajavon en raison de leurs liens respectifs avec ce dernier qui, les yeux fermés, les a privilégiés au détriment de véritables politiciens qui maîtrisent mieux l’affaire politique et qui ont commis le sophisme de croire en l‘USL et d’y apporter leurs expertises ! Regrettable !  

Sans chercher plus loin, on peut pour preuve, faire allusion aux positionnements USL dans la 16ème Circonscription électorale –du 7ème au 13ème  Arrondissements de Cotonou- qui est l’incarnation même de l’amateurisme politique de ces dirigeants. Ils sont allés ressusciter un Emile Tossou amorti politiquement pour placer en tête de liste ! Or, celui-ci a  été un élu député FCBE dans le 13ème Arrondissement, acquis de nos jours, à la cause de son ancien allié, Justin Adjovi à qui, les populations témoignent, une sorte de fidélité politique aux Cauris.

En vertu de la tendance politique de l’heure, ce n’est pas Tossou Emile, amorphe et avide de discours sociologique convaincant qui peut tenir tête aux forces en présence ! Si les positionnements sont maintenus en l’état, l’USL peut s’auto évaluer d’avance puisqu’elle n’aura aucun député sur les 5 sièges à pourvoir dans la 16ème ! Que peut-on espérer d’une liste dont la tête est pourrie ? Découragement dans le rang des militants et des candidats eux-mêmes ! Mieux, l’USL n’a-t-elle pas trouvé une seule femme à positionner, ne serait-ce que 5ème titulaire dans tout Cotonou, sinon dans la 16ème ? Par ailleurs, quel rôle va jouer le militant positionné en 3ème position ; un gars assorti du PCB, un parti virtuel qui n’a d’élu nulle part au Bénin ?

Tout au moins, a-t-on relevé sur cette même liste, deux politiques avérés, des élus-conseillers en activité à la Municipalité de Cotonou qui ont longtemps, défendu la cause de leurs partis respectifs. Eux  (2ème et 4ème titulaires), ce sont des politiciens qui s’y connaissent mieux que leurs colistiers. Ces choix de l’USL ne sont pas du tout mauvais, mais ils (les dirigeants) auraient pu les privilégier dans le positionnement, s’ils ne sous-estiment pas leurs adversaires dans cette Circonscription ; tenant bien sûr compte de leurs grades politiques, de leurs arts à convaincre, leurs esprits discernement, de leurs bases respectives et leurs cultures à anticiper d’éventuels obstacles politiques.

Grand dommage est de relever sur cette liste des sans fief,  inconnus de l’électorat de ladite Circonscription. Ce ne sont pas les FCBE de Yayi, ni l’Union Progressiste et le Bloc Républicain de Talon qui vont commettre ces anachronismes politiques dans une telle Circonscription très sensible et plus convoitée.

A cette ère de la nouvelle politique béninoise, il urge que Ajavon Sébastien et le Bureau de l’USL revoient leur copie truffée de maladresses, lesquelles sont fatales pour leurs avenirs politiques puisqu’annonçant de mauvais jours pour eux ! La politique de haut niveau n’a rien à voir avec l’exil du président d’honneur USL, ni avec les injustices judiciaires que le régime en place lui fait subir ! Un mauvais classement donne toujours, un mauvais score qu’on ne saurait attribuer aux joueurs quelques soient leur professionnalisme.

HAN

Politique