Bénin/injonction de Laurent Gnacadja à Alexandre Hountondji : « Ça suffit…. »
    
Bénin/injonction de Laurent Gnacadja à Alexandre Hountondji : « Ça suffit…. »

Le progressiste Laurent Gnacadja, nanti d’une liberté intellectuelle inouïe et d’une conviction politique autonome n’accepte pas que son aîné Alexandre Hountondji prédise que « rien de bon ne peut en sortir » de la gouvernance Talon ! « Ça suffit, optons pour la politique du développement», a-t-il indiqué, mardi à ce dernier, avec  un ton respectueux et modéré, dans un entretien téléphonique avec “NEWS AFRIKA“.

Par Nicole HADAGBA

“Nul n’est parfait et aucune œuvre humaine, non plus ! C’est Patrice Talon qui est aux commandes aujourd’hui et il exerce le pouvoir d’Etat qui est cadré par des lois de la Constitution et pourtant, c’est naturel et normal qu’on lui relève des erreurs, mais lesquelles sont acceptables“, a souligné le politicien du Centre-Bénin qui a rappelé qu’ils étaient tous (Hountondji et lui) membres fondateurs des FCBE sous Yayi, qui a bouclé dix années de gouvernance. Le Prof. Hountondji a pour sa part, claqué la porte en 2015 pour mettre ses expériences à l’avènement de la coalition de la rupture et donc, a participé activement par report de ses voix, étant aussi candidat au 1er tour afin que Patrice Talon, alors homme d’affaires, remporte le 2ème tour de la présidentielle contre Lionel Zinsou. En clair, se demande-t-il si Boni Yayi qui les a tous nommés, lui conseiller spécial à la gouvernance locale et l’autre, conseiller spécial à la santé et à la politique n’a été que mauvais président sur toute la ligne ?

La politique à la béninoise

“C’est inconcevable et inadmissible qu’on laisse l’essentiel pour s’attaquer à la futilité, les détails destructifs et autres vices qui n’ont pour finalité que de remettre cause le développement du Bénin“. Allusion faite à Jean Alexandre Hountondji, il qualifie de désinvoltes ses dernières déclarations sur “Afrika Stratégies France“ qui d’une part, peignent en noir, les réalisations du “régime talon“ malgré tous les efforts faits et d’autres parts, présagent un soi-disant “un Etat de terreur“ à l’actif du Bénin. Et pourtant, force est de constater que le politicien avéré Hountondji a donné à part entière, sa caution morale à l’élection de l’actuel président dont il décrie la gestion. Il y a lieu de savoir ce qui n’a pas marché entre les deux hommes ? Quel deal a conduit à ce soutien circonstanciel ? Car, c’est trop facile de tout cautionner et de revenir un beau jour tout remettre en cause.

« On doit éviter la politique politicienne qui nous retient au Bénin depuis les indépendances ! Avec le président Talon, on lit une volonté manifeste de changer la donne et c’est inutile de tout multiplier par zéro par antipathie ; l’Etat est conduit et gérer sous tous les cieux avec une stratégie politico-prudentielle qui ne saurait faire une volonté individuelle, mais celle commune. Ni moi, ni le Prof. Hountondji ne pourrions rien vouloir individuellement et le soumettre comme urgence à un chef d’Etat encore moins, à Patrice Talon dont les choix sont étiquetés du bon sens, du sérieux et de la rigueur », a-t-il suggéré précisant, « nul ne détient le monopole de la politique béninoise pour se servir de bourreau aux régimes qui se succèdent ! »

« La politique de nos jours, a pris une hauteur exponentielle au Bénin avec le président Patrice Talon et moi personnellement, j’en suis fier parce qu’il le faut pour ne pas freiner le développement de notre Nation. Et c’est pourquoi, je dis de plein droit pour ce que j’en sais, à mon aîné et respecté, professeur Jean Alexandre Hountondji que ça suffit, optons pour la politique du développement », a martelé l’homme fort de la 10ème  Circonscription électorales qui soutient qu’il faut juger ou évaluer la gestion du président béninois, tenant compte de la mission à lui assignée et qui se résume à la sécurité des biens et des personnes et à la redistribution de la richesse nationale. « Ce n’est pas le lieu de vous faire le point sur ces deux aspects sur lesquels, nous relevons beaucoup de progrès ; certes, je suis content des prouesses faites sur ces plans, mais j’exhorte nos observateurs opposants à la bonne foi et surtout à l’esprit constructif en toute patience », a conclu Laurent Gnacadja.

Tout dernièrement, il a exprimé son satisfecit par rapport aux réformes sociopolitiques correctives –du dialogue à la retouche de la Constitution- initiées par le régime en place et a personnellement loué les efforts méritoires que consentit le président au profit de la paix au Bénin. “Patrice Talon a trop de l’avance, dans le jeu politique et la gestion du pouvoir d'Etat ; c'est un anticipateur dont le Bénin a toujours besoin pour son développement", a-t-il soutenu.

Politique