Bénin: Florence Tchokpon, une icône en montage de perles
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin: Florence Tchokpon, une icône en montage de perles

Gestionnaire de formation, Florence Tchokpon évolue depuis cinq ans dans la création de divers articles à travers le montage des perles. Elle était partie pour être fonctionnaire d’Etat mais sa passion et son talent lui valent la création de l’entreprise ‘’Berceau des perles’’ consacrée au montage de perles. Reine des perles, confirmée, elle entend contribuer, à travers ses créations, au rayonnement des modèles béninois de par le monde.

Par Félicienne HOUESSOU

Florence Tchokpon a commencé ses premiers pas dans le montage de perles juste après ses études en 2003. Dans l’attente vaine d’un emploi, elle a découvert ce métier fortuitement par le biais d’une camarade. S’étant lancée dans cette entreprise, Florence Tchokpon fut séduite par l’attachement des clients à ses créations personnelles. « Les clients s’intéressaient particulièrement à mes créations. De bout en bout, j’ai demandé qu’on élargisse parce que moi j’avais déjà la vision d’une entreprise. Mais ma camarade ne voulait pas s’adonner à ce petit métier », confesse-t-elle. Ainsi, elle s’est engagée dans la fonction publique afin de gagner sa vie.

Photo : Florence Tchokpon

Légende : Une innovatrice en montage de perles

 

Mais, hantée par l’esprit de créativité, poussée par le souci de mieux se servir de sa formation de gestionnaire, et ayant senti assez tôt ses dons en la matière, contre vents et marrés, Florence Tchokpon prit la décision d’abandonner ses responsabilités de Chef service administratif et financier pour installer son entreprise. En effet, Chef service administratif et financier, entre 12h et 15 h, elle était toujours au bureau en train de composer des colliers. « Car, je ne pouvais plus arrêter », dit-elle. Aussi, il ne suffit pas de rester dans une administration et de gérer les hommes à votre disposition pour se proclamer être  gestionnaire de formation. « Je me suis donc dis qu’il est tant que je commence à gérer mon propre entreprise. Je me dois de créer». D’où la naissance de ‘’Berceau des perles’’, spécialisé dans le montage des perles, la vente en état des perles et la formation.

Au début, ‘’Berceau des perles’’ était une toute petite boutique à Minontin, spécialisée dans le domaine des sous-vêtements de femmes. Il y avait selon les souvenirs de Florence Tchokpon, juste quelques perles avec un budget total de 300 000 FCFA. « Personne ne voulait m’aider parce qu’on ne comprenait pas comment j’ai pu abandonner mon poste. Mais comme tout est grâce, à l’heure où je suis, je ne puis vous dire toutes les motivations que je reçois de mes proches », confie-t-elle. Elle pensait même avoir perdu toutes ses chances d’évoluer. Une relance des activités s’est opérée lorsqu’elle décida de s’approvisionner en quantité à cause de sa grossesse qui ne lui permettait pas de voyager tout le temps pour l’importation des perles. La quantité des marchandises avait dans le temps donné plus de visibilité à l’activité. C’était comme une diversion qu’attendaient les clients pour affluer. Alors que l’idée était de stocker, elle a finalement commencé par vendre même à ceux qui se faisaient former.

Photo : Perle1 et perle 2

Légende : Œuvres de « Berceau des perles »

 

Bonnes nouvelles !

En cinq années (5 ans) d’existence,  ‘’Berceau des perles’’ a fait assez de percée. Aujourd’hui, elle dispose de plusieurs employés repartis dans 3 boutiques. Avec à son actif plusieurs produits officiellement lancés, la reine des perles a déjà raflé plusieurs prix dédiés au travail de perles. Aussi, a-t-elle mis sur pied une association qui regroupe plusieurs créatrices travaillant en réseau et qui mènent des réflexions pour le développement du travail des perles.

Sa vision est arriver à installer une industrie de fabrication de perles ici au Bénin afin de donner une envergure dans la sous région. Ceci parce que, déjà, les clients viennent d’un peu partout de la sous région pour se ravitailler chez elle. « Pour aller au Nigéria ou au Ghana, il y a un frein linguistique. Donc, si on peut avoir une industrie ici, ce serait vraiment bien. Je veux aller loin », précise-t-elle. Pour son approvisionnement, Florence a évolué vers l’Asie principalement la Chine. Elle pense aussi agrandir ses services dans d’autres pays.

Le métier de perles permet de se révéler. Avec un peu de passion, vous pouvez aller loin dans ce métier qui n’est pas seulement réservé aux femmes. Florence Tchokpon a formé des hommes. Pour elle, les hommes excellent plus dans le métier de perles parce qu’ils sont plus libres que les femmes. Ils arrivent à faire un bon parcours. Les femmes, à l’en croire sont limitées à cause des responsabilités familiales.

Un  besoin de ressources limite beaucoup de femmes dans leurs entreprises. Pour son premier stockage, Florence a dû recourir à des emprunts bancaires et de part et d’autres de ses proches. Une autre difficulté que subissent les pratiquants qu’ils soient hommes ou femmes est la sédentarisation parce que c’est un métier qui nécessite de rester assis toute une journée. Vous êtes donc susceptible d’avoir toutes sortes de maux, surtout avec les yeux car, le travail des perles peut aussi abîmer les yeux. Mais, des métiers sans difficultés, il n’en existe pas ; tout comme Florence, c’est la capacité à braver les difficultés qui vous élève.

Volet formation

Florence Tchokpon a créé un centre de formation dans l’espoir d’agrandir son domaine. Ses apprenants sont des hommes et des femmes ayant fini leur parcours scolaire et même universitaire, des élèves, des étudiantes, des fonctionnaires à leur temps libre. A ce jour, le centre a formé plus de 132 jeunes (hommes et femmes) dont beaucoup sont installés à leurs comptes et vivent du travail des perles. « Le centre est ouvert à tous ceux et celles qui désirent apprendre quelque chose de nouveau et avoir une nouvelle corde à leur arc. On ne finit jamais d’apprendre et il n’y a pas d’âge pour apprendre », a indiqué la reine des perles. Cette formation de 6 mois à un an, est sanctionnée par une attestation.

La grande dame ne cesse d’innover. Puisqu’il faut que les apprenants aient de quoi s’outiller, elle s’est associée à d’autres femmes du domaine pour mettre sur le marché, le catalogue ‘’Africa-perles’’ qui regroupe les œuvres des peleuses professionnelles. Un catalogue, fruit de plusieurs années de créations et de recherches. Ce qui lui a permis d’être parmi les pionnières de ce qu’il convient de considérer aujourd’hui comme une véritable filière pour l’épanouissement et l’autonomie économique de la femme. « C’est un métier d’avenir. J’ai formé des dames qui n’avaient rien mais par ce métier, elles réussissent à donner vie à leur couple », souligne-t-elle. Mais, il faudra selon elle, une meilleure restructuration du secteur. Rappelons que ‘’Berceaux des perles’’ est une entreprise spécialisée dans la conception des bijoux et divers objets d’art, utilitaires qui servent tant dans la décoration que dans la vie de tous les jours.

Encadré :

La femme et les perles

Au Bénin, les perles représentent pour la majorité des femmes un objet de séduction. Elles constituent un objet d'hommage aux femmes, qu'elles soient de l'ancienne ou de la nouvelle génération. Ainsi, les perles sont utilisées à plusieurs fins. Elles peuvent servir de colliers, de bracelets, de boucles d’oreilles, d’anneaux de taille, de garniture pour vêtement… Elles sont aujourd'hui pour nombre de femmes, un moyen par-dessus tout pour amener leur conjoint au paroxysme de la fougue sentimentale. Le port des perles autour de la hanche est un geste esthétique que posent nombre de femmes africaines. Certaines, pour séduire leurs hommes et d'autres pour se tailler une silhouette de sirène. Elles qui, témoignent de leur savoir-faire artistique et de leur contribution à leur famille et à leur communauté. Aujourd’hui, on est passé des perles en plastique à des perles en métal qui s'apparentent à des chaînes. Même si tout ceci n'a vraiment pas changé l'identité des perles qui révèlent l'originalité de la femme africaine, la conception de bijoux, d’objets d’art et de décoration en perles s’est étendue dans le monde entier. Elle se met au service de tous les continents et les concepteurs de chaque pays se servent des réalités culturelles pour l’adapter au mode vestimentaire des femmes.

Encadré

Les perles : source de revenus

L'opération de montage de perles n'est pas extrêmement compliquée en elle-même. Elle nécessite juste la maîtrise et l'expérience. Cependant, un minimum d'outillage est nécessaire pour un débutant qui veut exercer ce métier. Entre autres, il y a la pointe plantée dans un support rigide (une planche), une paire de pinces plates, de la colle de type "super glue" et les différentes modèles et couleurs de perles. Depuis peu, ce métier est vulgarisé et beaucoup de personnes se lancent dans la formation de montage de perles. Il peut être une réponse à l’extrême dépendance économique de la femme. Car, le métier de montage de perles contribue efficacement à la promotion de la jeunesse, l’épanouissement du genre humain et la lutte contre le chômage et la pauvreté. Grâce aux nombreux ateliers de formation organisés à travers différentes régions du Bénin, des centaines de jeunes filles, femmes et hommes sont sortis, du chômage et de l’oisiveté, sources de tous les vices de la société. Malheureusement, certains hésitent à exploiter les expériences acquises dans ce domaine. La plupart du temps, il est considéré comme un métier secondaire ici au Bénin. Sous-estimée et considérée comme un métier sans avenir, la filière conception de perles compte un nombre important de personnes formées mais une minorité en fait un vrai métier. Et pourtant dans d’autres pays tels que le Nigéria et le Ghana, il existe de grandes entreprises de perles. 

Artisanat