Le diplomate Agbangla chamboule la vision du Pdt Talon à Paris
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Le diplomate Agbangla chamboule la vision du Pdt Talon à Paris

En complicité avec son chef de Chancellerie, le sieur Ferdinand Agbahoungba, le nouvel ambassadeur du Bénin en France, Eusèbe Agbangla, nommé fin juillet dernier, et qui a pris fonction, il y a, à peine quatre mois, commence à poser des actes dommageables à la nouvelle politique diplomatique du président Talon.

Par Nicole HADAGBA

Si le Chef de l’État a choisi de réduire la carte diplomatique du Bénin à l’étranger, il n’en demeure pas moins que les nouveaux pôles diplomatiques restés en place constituent des centres névralgiques, dans la gestion des relations de notre pays avec la communauté internationale. À cet égard, l’ambassade de Paris, qui était doté d’un consulat général, désormais transformé en Service consulaire, et qui avait déjà une place prépondérante, dans la carte diplomatique de notre pays, constitue désormais un pôle encore plus décisif de la diplomatie béninoise.

Il en résulte donc que la gestion du personnel à disposition à Paris doit être un des leviers de cette nouvelle stratégie diplomatique voulue par le président Talon. Mais au contraire, le nouvel ambassadeur, sous le faux prétexte de faire des économies, se donne un malin plaisir, à engager une procédure de licenciement abusif des employés recrutés localement et qui pour la plupart ont déjà plusieurs années d’ancienneté.

À part l’Ambassade de la Russie, Paris reste la seule Ambassade ouverte en Europe avec 2 diplomates en poste.  Ces deux diplomates peuvent-ils gérer le volume de travail important après la fermeture des 7 autres Ambassades et des représentations, dans les organisations internationales ? 

Pendant qu’il tente de licencier abusivement et à tour de bras du personnel expérimenté et utile à l’action diplomatique, l’ambassadeur retraité, recrute du personnel attaché à sa personne dans des conditions opaques et en porte à faux avec la législation française ce qui peut entraîner plus tard des préjudices pour la mission diplomatique béninoise en France. Pendant qu’il prétend faire des économies, l’ambassadeur retraité, s’octroie le luxe de résider dans un hôtel à plusieurs milliers d’euros par mois en attendant soi-disant la réfection complète, mais en fait simplement capricieuse de la résidence officielle propriété de l’État Béninois qu’il aurait pu occuper directement.

Alors que des injustices existaient déjà au niveau du traitement du personnel dont l’ensemble n’est pas logé à la même enseigne, ce nouvel ambassadeur se permet de les aggraver en favorisant ceux qu’il a amenés et en engageant des procédures pour licencier abusivement les autres, en complicité avec le chef de Chancellerie, c’est-à-dire le responsable administratif et financier.

Par le passé, un certain ambassadeur a déjà eu des actions malheureuses de ce genre qui ont, fini par coûté cher à l’État béninois devant les juridictions françaises. Visiblement Agbangla et Agbahoungba veulent entraîner Bénin dans les mêmes péripéties judiciaires. À l’ère du “Nouveau Départ“, il s’agit d’attitudes condamnables tant sur le plan éthique et financier que sur le plan de la mise en œuvre des objectifs du président de la République en matière de nouvelle vision diplomatique.

HAN

Diplomatie