Bénin: Patrice Talon n’a pas en tête un second mandat
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin: Patrice Talon n’a pas en tête un second mandat

En passe d’être très prochainement sifflé par le peuple béninois dont il a gagné la confiance à hauteur de 65%, il y a environ deux ans, le président béninois, Patrice Talon maintient le cap sur sa méthode de gestion énigmatique en réponse à sa caution politico morale; laquelle est susceptible de lui donner un qualificatif d’Homme d’État exemplaire, s’il tient parole.

Par Anicet TIDJO

L’homme fort du Bénin entend être adulé en 2021 à la fin de son mandat quinquennal ! Encré dans la politique béninoise, il s’y attelle ne serait-ce que pour assurer ses arrières. Ainsi donc, il reste pour l’heure, le seul à avoir une idée claire sur sa succession.

En bon homme de parole !

Patrice Talon ne craint aucun acteur politique béninois ! Il a pu être insensible à l’arrestation de Sébastion Ajavon son allié sûr pour la présidentielle. Idem  pour Saliou Youssao Aboudou, l’un des candidats malheureux de la même élection l’ayant soutenu par l’entremise de la coalition de la rupture et qui est détenu à la prison civile de Cotonou dans le dossier CNSS.

Ses hommes ont stratégiquement évincé Léhady Vinagnon Soglo du territoire béninois sous le regard impuissant du président Soglo. De même pour Atao Mohamed Hinnouho qui a finalement pris la poudre d’escampette après avoir compris que son immunité parlementaire ne saurait contourner la stratégie mise en branle à son encontre.

Une cohorte de politiciens a par ailleurs, été maîtrisé en un laps de temps par le régime Talon qui entre temps, a prouvé sa bonne foi en se débarrassant de certains proches collaborateurs de moralité douteuse. En clair, on note que la lutte contre la corruption prend corps sous la houlette du président Talon.

Les réformes d’avenir

C’est avec quelques fausses notes que le chef de l’État et son gouvernement foncent dans la perspective d’inoculer à la Nation béninoise l’instinct réformiste non seulement pour être au pas des pays qui véritablement aspirent au développement, mais aussi, et surtout, pour amener tout un peuple épris d’inégalité à la légalité. Victor Prudent Tokpanou a soutenu avoir quitté la politique béninoise pour le simple fait qu’il est le seul béninois à penser et à concevoir la politique autrement. Ce professeur a déploré l’idéologie béninoise, selon laquelle, il faut venir en politique pour s’enrichir.

Le pouvoir en place dans sa vision de donner une image phare et moderne à Cotonou a fait des mécontents, lors des opérations de libéralisation des espaces publics! Et pourtant, Talon n’a du tout pas oublié qu’il doit son fauteuil au peuple, le grand et bas peuple ! C’est ça la rupture et le nouveau départ ! L’heure est aux bonnes choses, sinon légales !

Pour un président en quête d’un second mandat, ce ne sont pas les risques auxquels il s’adonne ! Ce peuple ferait mieux de lui rappeler sa promesse relative au mandat de transition tout en restant éveiller au lieu de se mettre dans les rues sans motifs réels. Car, en s’attachant à l’ancien mode de vie au Bénin, le favoritisme et refusant la nouvelle école pour jouir d’ici peu de ses bienfaits, ce même peuple n’aurait pas le temps approprié de s’apprêter pour affronter un potentiel dauphin de Patrice Talon en 2021.

TAC

Politique