Bénin: plus de Promesses que d’Actions à l’actif du régime Talon en 2 ans
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin: plus de Promesses que d’Actions à l’actif du régime Talon en 2 ans 

Le 06 avril 2016, Patrice Guillaume Athanase Talon avec une coalition dite de “rupture “ prenait le contrôle de la gestion du pouvoir d’État au Bénin, avec grand espoir pour les béninois qui ont placé leurs confiances aux savoir-faire du richissime opérateur économique d’hier. Après deux ans de l’exercice des affaires d’État, est- ce que les attentes sont comblées ? Du moins les essentiels ?

Par Karl Marx DOVONOU

Il y a maintenant deux ans que le régime de la rupture, coopté par une alliance à grand renfort médiatique s’est installé à la Marina. Imbues d’ambition audacieuse, plusieurs séries de lois, de décisions, de projets supportés par des maquettes dans la foulée ont été dévoilées aux peuples. Les esprits faibles ont été séduits, les sceptiques sont restés ‘’Saint thomas’’, et les avertis insistaient sur le concret.

L’oiseau rupture chapeauté par Patrice Talon dans son envol s’est confronté aux réalités de la gestion du pouvoir d’État, et en a perdu des plumes pas des moindres, d’abord Sébastien Ajavon le faiseur du roi de 2016, saboté dans une affaire embarrassante où il désignait à visage découvert, le Président Patrice Talon comme le cerveau de la machination qui été ourdie contre sa personne. Dans l’intention de le nuire, a poursuivi au moment des faits, la deuxième fortune du Bénin.

Suite à ce scandale qui avait ébranlé le Cosme rupture et allier et jeté du discrédit sur le Port Autonome de Cotonou, Ajavon a pris la décision de tourner dos à son allier de circonstance d’hier, Talon. Candide Azannai l’un des meilleurs soutiens de Talon à la veille d’un projet de loi sur la Révision de la Constitution, a préféré prendre son envol de la jarre Rupture portée par celui qui se fait appeler ‘’le compétiteur né’’.

C’est dans cette atmosphère rendue électrique par le rejet du fameux projet de toilettage de la loi fondamentale du 11/12/ 1990. Que le grand espoir des béninoises issues de la soirée de mars 2016 a commencé par s’effriter. Les langues ont commencé par se délier, le temps de grâce a été de courte durée, les récriminations contre le gouvernement se font sentir dans presque tous les secteurs. La vie en un mot, selon le béninois lambda devient ‘’de plus en plus chère’’. Une minorité privilégiée autour de l’actuel locataire de la Marina s’extasie dans l’opulence.

Au même moment, le Président de la République lui-même avoue être éprouvé après seulement 7 mois de la gestion du pays et reconnait dans un mea-culpa devant le peuple que la situation socio-économique du pays à défaut d’être désastreuse est mal en point. Et prenait l’engagement de voir fleurir ces efforts dans l’intervalle de 2 ans pour la satisfaction de tous les Béninois et Béninoises qui aspirent à juste titre à un mieux-être.

Justifiant qu’il a besoin du temps pour les études des projets à mettre en œuvre. Les Bureaux des Études techniques  (Bet) s’activent par endroits sur le terrain ? a-t-on  appris des sources du ministère des travaux public proches des dossiers. Une bonne stratégie dirait forcement les intellectuelles, experts et autre savoir étendu de la République.

Deux ans d’études des grands projets, Oh Combien épatant !!!, à faire couper le souffle, de la construction d’Aéroport de Glo, de l’Hôpital de Référence d’Abomey Calavi, des chantiers de route commencée par le régime Yayi sont appelé à être dédoublé, …autant de projets, autant d’études. Des réformes dans le secteur de la santé, dans la fonction publique, une lutte dite implacable contre les fossoyeurs de l’économie nationale, a été déclenché, des efforts qui ne secouent guère la fourmilière de la corruption, …..

Le pouvoir de la ‘’Rupture’’ devenu dans la ferveur de l’ambiance politico socio-économique, le régime dit du  ‘’Nouveau Départ’’, avant de se faire appeler ‘’Bénin Révélé’’, trois baptêmes en deux ans, un record. Ils sont pétris d’ingéniosité et il y a lieu qu’ils en soient félicités.  Mais le peuple ne vit pas des idéologies, des projets et leurs  études et encore moins de la joliesse des maquettes.

De notre position de journaliste, nous avons le devoir de dire ce qui est et parfois sans porter des gants, si l’intérêt de la Nation est menacé. Le peuple vit du concret, il veut voir ses besoins fondamentaux être satisfaits,  il veut vivre chez lui pas comme un réfugié, mais épanoui, bref vivre tout simplement normalement.

Les 2 ans de Patrice Talon ont été caractérisés par des belles idées, des promesses révélées par le Programme d’Action du Gouvernement (PAG). Un Pag qui a pris en compte tous les secteurs du pays avec des projets de développement à ne point douter. Deux ans d’attente, la patience des populations est légitime, Talon même l’a reconnu dans plusieurs de ces sorties devant la presse internationale et nationale.

Il est maintenant grand temps que le régime qui s’est donné de précieux appétits de révéler le Bénin, quitte l’étape des idées pour celle des actes, le peuple béninois ne demande que ça, car dans les jours, les mois, voir les années à venir, il serait difficile pour le leader du Nouveau Départ de continuer à nourrir le peuple d’espoir. De sa position du chef de l’État ayant pris la responsabilité d’apaiser  les souffrances de ces concitoyens après 2 ans d’exercices du pouvoir, il a désormais la cruciale tâche de passer à l’action, tout en gardant comme boussole que la patience d’une Nation à de limite quand elle se trouve avoir le dos au mur.

Et les prémices de cet état de choses sont perceptibles avec la paralysie de l’école béninoise depuis trois mois maintenant, les centrales syndicales et autres associations de défense des droits des travailleurs de la justice et de la santé sont à couteau tiré avec l’exécutif. Les canaux de dialogue, label de la Conférence des forces Vives de la Nation est en panne, la méfiance entre les partenaires sociaux et les gouvernants est érigée, hélas en mode.

Devant ce cocktail explosif on peut affirmer sans se trompé que Talon boucles les 2 ans dans un marigot de crise socio politico juridique et économique aux aires des belles promesses. Il urge maintenant que Patrice Guillaume Athanase Talon fasse bouger les lignes, et soit réellement dans l’action, seul gage pour un Bénin authentiquement révélé, dans le concert des nations prospère, émergente où il fait bon vivre. Pour le bonheur des Béninois, le développement tant attendu et la paix de la Nation. Ainsi Patrice Talon pourra dans la sérénité, aviser ou non  2021.

 

Politique