Bénin/Dols-Crédit immobilier: Me Dato et les responsables de la BOA bipent la CRIET
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin/Dols-Crédit immobilier: Me Dato et les responsables de la BOA bipent la CRIET

Primitivement auteurs avérés “d’abus d’autorité, de faux et usage de faux, d’abus de confiance et d’association d’expropriation illégale d’immobilier“, les responsables de la BOA-Bénin et leur défense conduite par Me Simplice Dato multiplient leurs erreurs, fabriquent de fausses preuves qu’ils transmettent aux juges. Ce faisant, ils sont en passe d’être les prochains clients de Criet afin de répondre de leur crime économique.

Par Nicole HADAGBA

La justice fonctionne à base des preuves. Conscient de ce que la BOA n’en dispose pas pour justifier son crime économique dans le dossier de crédit immobilier l’opposant à Madame Alapini, sa défense assurée par Me Simplice Dato en rajoute à leurs faits pénaux en dissimulant une dizaine de pièces importantes dont : le tableau d’amortissement signé sous réserve par la cliente ; la copie du chèque de 180 000 000 f CFA reçu ; la copie d’hypothèque de 184 000 000 f CFA ; la preuve de principal de 149 412 707 f CFA ; la confirmation de paiement de 307 326 641 f CFA par la commission bancaire de l’UEMOA pour un principal de  184 000 000  f CFA ; l’injonction faite par Me Dénise Ehouzou-Gagnito  à la BHB pour la restitution du titre foncier à la victime.

Fausse assurance

N’ayant pas souscrit aux deux assurances prélevées sur le compte de la victime, la BOA et sa défense ont brandi une fiche de demande d’assurance, sinon un document de procédure comme étant la preuve de souscription en lieu et place d’une attestation et d’une police d’assurance.

Il y a lieu de s’inquiéter sur le sort de tous les clients de la BOA-Bénin, si cette structure et sa défense peuvent s’adonner à la manipulation de pièces pour un dossier connu partout et par tous, dans le but de gruger la victime. En quoi elles sont crédibles, cette défense et cette faneuse BOA-Bénin ?

A l’heure actuelle, le mieux qu’elles (la BOA et sa défense) puissent faire est de rendre à la victime son titre foncier pour avoir soldé avec surplus, le fameux crédit depuis 2014. A ça s’ajoute, un montant de 62 382 621, 542 f CFA soit, 8 020 720 représentant les deux assurances non souscrites et 54 361 901, 542 f CFA de trop perçu sans oublier les dommages et intérêts générés par le faux et usage de faux qu’a orchestré la BHB-BOA. Sinon, et les responsables de cette mafia financière et leur défense font les yeux doux à la Criet. Car, sans un remboursement obligatoire, ce serait une insulte pour tout un peuple et ses dirigeants et c’est malheureux que la BOA-Bénin, première Bank de l’avènement démocratique au Bénin, orchestre du désordre  à ce point.

Edmonde Doris Alapini quant à elle, mène le combat de toute une couche ignorante victime ou potentielle victime de ces structures bancaires non-crédibles comme la BOA-Bénin. Elle mérite d’être prise au sérieux par nos gouvernants, la tutelle des institutions bancaire et à tous les niveaux afin d’arrêter la saignée des pauvres citoyens béninois. 

Finance