Bénin: “les crises au sein des partis RB et PSD ne sont pas liées à Talon“, (He Gérard Gbénonchi)
se rendre sur le site newsafrika.info
    

Bénin: “les crises au sein des partis RB et PSD ne sont pas liées à Talon“, (He Gérard Gbénonchi)



Beaucoup avancent à tort ou à raison que la crise qui secoue certains partis est du fait du régime en place qui ne rate pas l’occasion pour diviser les  creusets politiques. Il est dit sans preuve que c’est le pouvoir Talon qui a occasionné les malentendus aussi bien à la RB qu’au Psd. Mais à ces allégations, le député UN de la 11e circonscription électorale Gérard Gbénonchi oppose un refus catégorique.

Par Brice DOSSOUGOUIN

Pour lui, le justificatif facile de certains en difficultés est d’indexer les autres comme étant la source de leur malheur. Le député explique que les crises à la RB et au Psd ne datent pas d’aujourd’hui et ne sont que la résultante des frustrations des militants à la base, exprimées ou portées par la majorité des membres des bureaux nationaux . Il ajoute que ce que d’aucuns déplorent aujourd’hui tirent son essence des dernières élections présidentielles à travers des choix non consensuels de candidats.

Il détaille que pour le Psd, parti auquel il appartient, que contrairement à ce qui se dit, que le processus décisionnel a été biaisé lors du choix du candidat à soutenir au premier tour de l'élection présidentielle, ce qui a fait que les camarades mécontents n'ont pas suivi le mot d'ordre du parti. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est la décision unilatérale soutenue par une minorité du Bureau Exécutif National (BEN) de suspendre de leurs postes de responsabilité certains ténors politiques sans motifs valables.

Le député Gérard Gbénonchi déplore cette attitude qui consiste à exclure ceux qui ne parlent pas le même langage que nous. L’honorable Gbénonchi laisse entendre par ailleurs que rien que par son attitude, le président Emmanuel Golou a mis à mal le jeu démocratique au sein du Psd. Il dénonce toutes les velléités de modification de la ligne politique du parti, par une tentative de l’inscrire à pas forcé dans l’opposition contrairement aux recommandations du congrès l’affilant à l’Union fait la Nation.

Il martèle que la décision d’évoluer dans la mouvance est une recommandation formelle des militants qui souhaitent profiter des bonnes grâces du régime en place, après dix années de traversée du désert sous le régime défunt. Et donc poursuit l’He Gbénonchi, on ne peut pas modifier la volonté des militants dont la souveraineté est établie.

L’élu de la 11e circonscription électorale à l’Assemblée Nationale appelle donc au rassemblement plutôt qu’à  la désunion prônée par les camarades d'en face. Il est convaincu qu’ensemble et surtout les mains dans les mains, les partis politiques accompliront les missions qui leur sont dévolues. Il ne manque pas de saluer la promptitude du président d’honneur Bruno Amoussou qui a su prendre ses responsabilités pour sauver ce qui est sur le point de se dégrader.

Politique