Mode-Musique: le point des derniers périples de Sadky dans l’hexagone
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Mode-Musique: le point des derniers périples de Sadky dans l’hexagone

Styliste-modéliste et costumière de son état, Sadky Goudou fait aussi du Rap et a bénéficié de ce fait, des périples de perfectionnement dans l’hexagone. De retour au pays, l’amazone s’est confiée, vendredi à la presse locale au Centre Culturel Artistique Africa.

Par Bertrand DEGNON

Sadky concilie la mode et la musique depuis 5 ans et consacre sa carrière de jeune artiste à ces deux professions. Ces derniers mois, elle a pris part aux projets Call Shop et Nanu Cotonou, lesquels l’ont amené en Belgique, en Autriche et en Allemagne.

Musique

Dans sa carrière musicale, elle compte à son actif deux albums, “amour du destin“ avec le titre phare, “Keassa“ et le tout nouveau intitulé, “l’intervalle“ dont le single “djivini“ a été lancé, samedi au Bar Alafia  à Cotonou. Elle a partagé aux côtés des grands noms de la musique béninoise, de grandes scènes. Elle reste de nos jours, l’unique femme râpeuse qui n’en démord pas et se vivifie d’y être.

La mode

Après son perfectionnement dans le stylisme, Sadky a jugé utile de créer le Centre Professionnel des Métiers d’Arts, “Kérya“ devant accueillir les jours à venir, des jeunes femmes de l’Atlantique pour faire école dans la haute couture, le modélisme et le design costumier. Ledit centre qui est sis à Tori entre Cotonou et Ouidah, donnera des formations dans la matinée, dans l’hypothèse de permettre aux apprenantes de vaquer à d’autres occupations dans l’après-midi.

Artiste confirmée au Bénin et dans l’Europe, la trentenaire Sadky Goudou affiche une détermination prodigieuse quant au succès qu’elle présage aux deux carrières auxquelles elle s’adonne. Faisant une rétrospective sur son parcours personnel parsemé d’embuche, elle indique à sa génération la culture de l’innovation et de l’audace. Aussi, s’engage-t-elle à partager sa connaissance, mais sans prêter flanc au favoritisme. Pour ce faire, elle est a pieds d’œuvre afin de convertir en organisation non gouvernementale, son centre dans la perspective d’une réinsertion socioprofessionnelle des désireuses.

DEB

Culture