45e anniversaire de l’URHC: Sous le signe du progrès spirituel
se rendre sur le site newsafrika.info
    
45e anniversaire de l’URHC: Sous le signe du progrès spirituel

Plus de huit cent mille fidèles ont pris d’assaut, les 28, 29 et 30 décembre 2017, le site national de convention de l’Union Renaissance d’Homme en Christ pour la célébration de son 45e anniversaire, placé sous le signe du progrès spirituel et ayant réuni pour la même cause, des autorités politico administratives à Dessah-Ahouannnonzoun, Commune d’Allada.

Le Bénin et ses dirigeants confiés à l’éternel

C’est en sa qualité de Révérend-Pasteur de l’URHC que Léonard Amoussougan a dit un culte de clôture plein de sens et d’exhortations au profit des fidèles de l’Union et du Bénin tout entier. Dans son intervention, il s’est assignée, une mission principale ; laquelle se résume au maintien spirituel de la paix au Bénin. “Lorsqu’il n’y a pas la paix dans un pays, ses enfants ne jouissent des bienfaits dudit pays“, a-t-il lancé, avant de consacrer plus d’une demi-heure de prière au profit du Bénin et ses dirigeants. De la première autorité jusqu’aux chefs quartiers, l’Homme de Dieu a pris soin de les confier un à un au Seigneur afin que règne davantage et pour toujours, la paix dans la Nation béninoise et dans les foyers respectifs.

Vers l’élargissement du site national de convention

Présent à ce culte, le chef d’Arrondissement d’Ahouannonzoun et président de la Commission Affaires financières et économique au Conseil communal d’Allada a fait la promesse d’œuvrer par des négociations à l’élargissement du site de convention vers Attogon. Selon ses dits, il a pris contact avec les propriétaires terriens qu’il convainc à la cession de leurs parcelles sur demande des dirigeants de l’Union. Il a par ailleurs, fait savoir qu’il n’est rien sans l’Union ! Car, abritant ledit site, son Arrondissement  en bénéficie largement. Et pour preuve, a-t-il désigné la réhabilitation de la voie Attogon-Dessah qu’assure deux fois l’an, l’Union depuis des décennies. Il a souligné être en contact permanent avec les dirigeants de l’Union qui aspirent au bon développement de sa localité faisons allusion notamment à l’électrification partielle obtenue par ces derniers, la sécurité des biens et des personnes qu’s’y est. Au-delà de la religion, cet élu local trouve en l’Union, un partenaire sûr au développement.

La manifestation de la foi, selon le Rév-Past. Amoussougan

Si l’Union tient au bout de 45 années d’existence, c’est uniquement par la foi, selon le serviteur de Dieu ! Il a précisé que c’est de la foi ou la croyance en Dieu que se nourrit l’esprit qui est l’un des constituants de l’Homme. A-t-il rappelé à titre d’exemple, beaucoup d’œuvres fruits de la foi au sein de l’Union, ces dernières années ! Exhortant l’ensemble des chrétiens à la fidélité, il a notifié qu’elle est le seul moyen de conserver sa foi en christ. Il a ponctué son message par une prière intense de délivrance avant de céder l’oratoire à ses pairs.

Grand Hommage aux fondateurs et ses serviteurs de l’Union

Le Pasteur Basile Mèdjogbé des quatre nord du Bénin a indiqué que l’existence de l’Union n’est pas une œuvre humaine, mais du Père Céleste et de l’Esprit saint qui se manifestent à travers les dirigeants qui, pour leurs parts, assurent convenablement leur mission. Ceci dit, il a d’abord et avant, rendu un hommage vibrant au Père-Fondateur de l’Union qui n’est plus. Aussi, a-t-il magnifié ses reconnaissances à ses pairs, dirigeants actuels de l’Union, les appelant à plus d’ardeurs dans la mission à eux assignée par Dieu. À sa suite, l’assistance a eu droit aux interventions des évangélistes Kossougbéto Antonin, Claude Hounkanrin, Lalygah Élie, Mme Godonou et de Akakpovi Marcellin Koffi. Le message est unanime, reconnaissance à Dieu et ses serviteurs de l’URHC.

Mots de quelques invités….

Le Préfet du Département de l’Atlantique s’est fait représenter à cette messe internationale qui a réuni tous les fidèles de l’Union du monde entier à Dessah. “Je pensais être convié à un acte de présence symbolique au nom du Préfet, mais je me vois dans l’obligation de partager avec ce monde ici présent, le repas spirituel pour lequel, je ne ferai pas prier désormais“, a souligné le représentant du Préfet Paul Codjia.

Valère Tchobo, député à l’Assemblée nationale : “Je reste ami fidèle et éternel de l’Union ; je suis présent à chaque convention avec un groupe d’amis empêché pour cette fois-ci ! Je suis particulièrement ému par la prière faite à la Nation. C’est un devoir pour tout père spirituel de prier pour les dirigeants d’un pays. Le président Talon a effectivement besoin de prière pour réussir son mandat ; le président de la l’Assemblée, les députés, les présidents d’institution et bien d’autres en ont également besoin. Cette tâche si noble, l’Union et ses serviteurs savent le faire et c’est ce qui justifie notre présence régulière à leurs côtés. Merci à eux et que l’œuvre de Dieu continue“

Michel Acléhinto, Maire d’Allada : “Mon statut de nos jours est une œuvre de Dieu, je ne suis rien sans lui ! Comprenez ma présence en ce lieu de culte ! Je ne peux en aucun cas, m’éloigner de cette célébration annuelle. Toutes les fois que j’y suis venu, je vous ai rappelé que je ne suis rien sans ce monde ici présent. Ce sont vos prières qui feront grandir Allada, ses Arrondissements et ses élus locaux. Vos prières nous éclairent dans notre gestion et nous aident à poser nos pas ! Je suis ici pour vous remercier et vous réitérer toute ma confiance. Pour ce faire, je vais entonner une chanson que nous avons tous chantée ici une fois déjà…….. “

Ce rendez-vous international de célébration de la foi en Dieu a pris fin le 30 décembre sous les auspices d’une année nouvelle pleine de bontés pour le Bénin, ses gouvernants à divers niveau et pour tous les fils et filles de l’union de par le monde entier.

……………………………………………….

Bénin

Politique  2018 : une Pétaudière ?

           

L’Année 2017 sous le contrôle du régime de la rupture cède la place à celle de  2018 sous de bons auspices à nos vœux. Elle se révèle être une passerelle pour la joute décisive de 2019 ; qui se dessine déjà par des passe d’âmes entre pouvoir et l’opposition. Le bénin politique du 2018 sera un univers des gladiateurs en vue des élections législatives de 2019 et un baromètre pour celle présidentielle de 2021.

Gaedon DOVONOU

Le président de la République du Bénin, Patrice Talon ne se lasse pas d’affirmer partout, au  besoin, qu’il veut une majorité à l’Assemblée Nationale du Bénin, pour mener à bien ces réformes. Ambition légitime, mais le boulevard pour accéder à cette terre fertile est parsemer d’embûches, autant d’obstacles inspirés d’une part par les errements du régime dit du nouveau départ et d’autres parts par le dynamisme du temps moderne de la démocratie béninoise.

L’élection législative de 2019 au Bénin est un enjeu capital, apprécié sur deux volets. Le premier se révèle être un duel entre deux alliés d’hier, Patrice Talon et le patron des patrons béninois,  Ajavon Sébastien. Le deuxième prend en compte l’ensemble des opposants à la politique de régime Talon, qui vont agiter le drapeau anti-révision de la Constitution de 11/12/1990, ce projet que Talon et sa bande n’ont visiblement pas encore  enterré.

Et d’ailleurs le chef de l’Etat béninois Patrice Guillaume Talon dans son discours sur l’Etat de la Nation devants la Représentation nationale, a affirmé, ‘’avec du recul je pense que la révision de la constitution est nécessaire’’, en annonçant ainsi les couleurs. De source concordante et des informations parvenues à la  rédaction de La Plume d’Afrik, le projet de révision de la constitution de Patrice Talon, rejeté il y a quelque mois, refera surface, si et seulement si à l’issue des législatifs, Talon et compagnies arrivent à obtenir une majorité écrasante homogène ‘’bénin révélé ’’.

L’élection législative de 2019 au Bénin se présente sous forme d’un référendum entre ‘’Pour ‘’ ou ‘’Contre’’ la Révision de la Constitution. C’est le paysage politique de Bénin en 2018, les prémices d’une bataille rudes, cruelle, féroce, et d’une ‘’politique de la rage, de ruse’’ annoncée sans honte d’un éminent ministre du gouvernement se font déjà sentir sur le terrain. D’autres stratégies terminologiques pour lutter contre la corruption vont voir le jour, des tas des dossiers de malversation seront déposés sur le bureau des juges. La justice béninoise débordée sera sérieusement mise à l’épreuve. Rappelons à toute fin utile au promoteur de la politique de rage, ruses … qu’elles ne se font pas sans revers.

De l’autre côté les opposants en position de défense, n’ayant pas les moyens de leur lutte pour la conquête du pouvoir, dans un pays ou chaque jour que l’Eternel fait, Le président Patrice Guillaume Athanase Talon ne cesse de recevoir des soutiens, des ralliements à la mouvance présidentielle, bref des allégeances qui suscitent parfois le sourire même de celui qui se fait appelé le compétiteur né.

Mal en point, l’opposition à Talon toujours en catimini, sans  leader charismatique, désorganisé par la furie des dossiers de friponnerie ressuscité par l’ancien exilé à Paris du régime Yayi, sera obligé en 2018 , elle aussi de se  faire révéler à son tour. Le journal La Plume d’Afrik dans ces investigations pour éclairer l’opinion africaine et internationale apprend que trois tendances se dégagent dans cet univers aux bans pour affronter l’arsenal qu’aurait déployé le chantre de la rupture.

Devenu chef d’Etat, le magnan des cotons a visiblement pris goût de la gestion des choses publiques, et compte avisé sa position pour 2021. . Le Bénin est à la croisé des chemins avec un présentent, hier candidat, qui urbi et Orbi a proclamé un mandat unique de transition submergé des reformes. Autres ces réformes à tout vent qui cristallisent les tensions, sa posture d’hier d’opérateur économique suscite à son égard une vive suspicion de conflit d’intérêt au sommet de l’Etat. Il est directement accusé par ces opposants de faire du Bénin, le pays des Soglo, des kérékou, et autres …, son entreprise privé.

Les Hautes juridictions, la Cour Suprême et la Cour Constitutionnelle doivent se mettre au-dessus de la mêlée, restées impartiales histoire d’avoir un esprit lucide, clair, et intelligent pour apprécier au moment opportun, les contestations que les politiques opportunistes auront à apporter à leur sagesses, car dans cette guerre entre les classes politiques qui s’ouvre, seul le peuple béninois souverain qui paye le lourd tribut.

C’est dire que 2018 s’annonce palpitante et très riches en rebondissement politico-juridique et social, mais avant, maintenant et après, il y a dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest quelque chose que les Béninois et béninoise appellent le ’’génie Béninois‘’ ce que nous nous appelons ’’l’intelligence infinie’’ est immortel et saurait agir aux temps opportun comme il s’est bien le fait. Ainsi va le Bénin Politique 2018.

Religion