Lionel Zinsou a fini avec Boni Yayi, les FCBE et la politique béninoise
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Lionel Zinsou a fini avec Boni Yayi, les FCBE et la politique béninoise

Grand absent au congrès du week-end à Parakou, Lionel Zinsou, le porte flambeau des FCBE à la présidentielle de 2016 au Bénin, n’a fait que confirmer les supputations qui faisaient état de sa prise de distance, vis-à-vis de tous ceux qui, à tord ou à raison, voulaient qu’il brigue la magistrature suprême.

Par Anicet TIDJO

Deux ans après son échec face à Patrice Talon, Lionel Zinsou a repris ses affaires dans l’hexagone et a visiblement mis une croix sur la politique béninoise et ses animateurs cauris au nom desquels, il est allé au front ! Son absence au congrès des FCBE, ajoutée à son silence suite aux regrets qu’il a contés sur sa participation malheureuse à l’élection présidentielle de 2016 au Bénin, portent de nos jours à croire qu’il s’est visiblement mis à l’écart de tout ce qui pourrait être lié à la politique béninoise.

Zinsou, ingrat ou victime ?

Le franco-béninois a été fait candidat des FCBE par passage de force, brisant au passage, le rêve des partisans FCBE, potentiels aspirants à la succession du mentor Boni Yayi ! Par finir, il a eu la caution  morale des uns et des autres par le diktat et le pragmatisme de Yayi ! C’était plus qu’un sacrifice qui à beaucoup payé ! Car, “Zinlin“ est sorti premier au premier tour de la présidentielle devant une trentaine de candidats. En clair, c’est le candidat le plus populaire du Bénin !

Si c’est Talon qui a fini par remporter le second tour, ce n’est du tout pas la faute aux FCBE, ni au président Yayi ; les dés étaient d’avance pipés par la coalition de la rupture à laquelle, il devrait seul, faire face 

L’homme a, à la fin des élections, exprimé ses regrets, indiquant être escroqué par des alliés ; ce qui n’a rien de politique et n’est même pas défendable au plan politique !

S’il joue à l’indifférence aujourd’hui sur la scène politique béninoise, il est simplement un ingrat et ne méritait même pas l’honneur à lui fait par Yayi et les FCBE ! Mieux, il ne méritait pas le fauteuil présidentiel, s’il a cette culture d’ingratitude. Car, même sa qualité d’intellectuel international et sa fortune ne pourraient faire de lui le plus populaire du Bénin sans le management de Yayi et le soutien des FCBE dans cette élection où ses adversaires ne sont pas des moindres. Vivement que les béninois sachent désormais à qui confier les destinées d’un parti, d’une organisation ou d’une Nation.

TAC

Politique