Bénin/Réformes politiques correctives: Laurent Gnacadja sidéré par l’esprit conciliateur du Pdt Talon
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin/Réformes politiques correctives: Laurent Gnacadja  sidéré par l’esprit conciliateur du Pdt Talon

Acteur politique de premier plan au Bénin, Laurent Gnacadja a politiquement été distant pendant plus de trois années; laquelle distance lui a finalement permis de lire en ce moment de réformes politiques correctives, le sérieux et la rigueur qu’inocule le président Patrice Talon à la gestion du pouvoir d’Etat.

Par Nicole HADAGBA

Les recommandations assorties du rapport du comité d’experts mis en place suite aux dialogues politiques, tenus les 10, 11 et 12 octobre à Cotonou, reçoivent diverses appréciations dans l’opinion publique et surtout, de mentions spéciales de la part, de politiques avérés. Laurent Gnacadja a, pour sa part, donné sa lecture objective ! L’homme relève des avancées notoires qui abrogent désormais, certaines injustices sociopolitiques, si lesdites recommandations passaient le cap de promulgation pour être réellement mises en œuvre au niveau des différentes instances politiques.

Correction de la charte des partis….

Pour M. Gnacadja, les recommandations visant à corriger les articles 21, 23 et 25 de la charte des partis politiques, enlèvent à l’autorité (MISP), le pouvoir d’influencer ou de livrer une guerre morale aux nouvelles formations politiques en l’occurrence, d’opposition qui désirent se conformer. “Il suffit que chacun de nous compare les différentes mesures proposées aux dispositions antérieures des articles suscités pour se rendre à l’évidence de ce que, le calvaire administratif des formations politiques a pris fin“, a-t-il soutenu.

Mesures correctives du code électoral

“Je suis amplement heureux de savoir qu’au jour d’aujourd’hui, une solution fiable a été proposée aux doublons de candidature qui jadis, disqualifiaient systématiquement, toute une formation politique et donc, 83 candidats“, s’est-il vivifié ajoutant, “mieux, la possibilité de correction par les partis, de leurs éventuelles carences est le signe avant-coureur d’une compétitivité inclusive ou un appel à concurrence de toutes les formations en règle“. “En conséquence, il n’y aura plus de parti disqualifié avant la phase finale qui est le vote et seuls, les citoyens vont à part entière, décider de qui et de quel parti, ils qualifient désormais. C’est de la bonne foi politique“, a-t-il conclu. Par ailleurs, la représentativité des femmes au parlement, (au moins 24 sur 109) a été saluée par l’ancien Conseiller technique à la gouvernance locale du président Boni Yayi qui est également pour la loi sur l’amnistie visant à décrisper la tension sociopolitique. 

Toutefois, l’ancien maire de Glazoué a émis une réserve relative aux cautions financières à verser pour les différentes candidatures. Il pense que c’est une occasion ratée pour les participants aux dialogues, d’amoindrir les coûts afin de permettre aux populations béninoises majoritairement pauvres, d’élire les leurs pour les représenter dans les instances politiques. Car pour lui, ce sont ceux qui vivent les mêmes réalités que le pauvre peuple qui peuvent le défendre et il ne sert à rien de mettre dans l’esprit des gens que la politique n’est que l’apanage des nantis.

S’agissant du code électoral, les dispositions 46, 47, 118, 241, 242 et 267 seront retouchées et précisément, complétées par de nouveaux textes.

Les élections générales

“J’adhère à toutes les politiques et stratégies visant à réduire les dépenses publiques puisque ce sont nos ressources financières que l’Etat central se charge de collecter et de redistribuer par le truchement de diverses actions, mais au profit du développement national et des citoyens béninois. On fera donc d’une pierre, plusieurs coups en organisant, les élections présidentielles, législatives, communales… de façon conjointe“, a indiqué le chef d’Arrondissement de Thio.

A l’envers de toutes ces propositions, Laurent Gnacadja y voit l’esprit conciliateur de Patrice Talon dont il salue, la culture de paix et la volonté manifeste de privilégier l’intérêt de l’ensemble du peuple béninois. “Au Bénin, la paix n’est pas menacée et jamais, ne le sera !“, a-t-il martelé précisant, “le chef de l’Etat sait à quel prix le béninois est épris de quiétude et c’est la raison pour laquelle, il a initié la retouche de ses réformes qui gênent et qui ont tendance à jeter du discrédit sur sa bonne foi et sur l’entièreté de ses réalisations“. Le politicien avait souhaité en conséquence, que les élections conjointes, tiennent en 2021, sachant que le mandat de la 8ème législature sera écourté afin de taire les polémiques sur sa légitimité ou non et sur les dernières élections législatives, qualifiées d’exclusives.

Retouchée en procédure d’urgence, le 31 octobre passé à Porto-Novo à l’hémicycle, la Constitution béninoise est perçue par l’homme fort de Glazoué, comme étant le débouchée sur l’opérationnalisation des réformes correctives. “Comme on le sait, c’est préétabli que la modification de certaines dispositions ne donne pas lieu à une nouvelle République ; ce n’est qu’un toilettage. A ce point, je crois que Patrice Talon a du respect à l’ordre et n’a voulu orienter en sa faveur personnelle“, a-t-clarifié.

Comme à l’accoutumée, Laurent Gnacadja reçoit chez lui dans son Thio natal à Glazoué, de proches, de journalistes et autorités politico administratives et sans proclamation ostentatoire, il fait montre de son attachement absolu au développement du Bénin ; ceci sans ambition personnelle et reste très ouvert aux critiques de son idéologie. Il reste un admirateur des réformes du régime en place et aspire bien au mieux être légal des concitoyens béninois. Désormais, membre de l’Union progressiste, il compte mettre ses expériences aux services de ce parti pro gouvernemental.

Politique