Bénin: hommages rendus au père Jacob Mêdéwalé Agossou, inhumé jeudi
se rendre sur le site newsafrika.info
    
Bénin: hommages rendus au père Jacob Mêdéwalé Agossou, inhumé jeudi

Cotonou, le jeudi 25 octobre 2018 -[NEWS AFRIKA]- Le 1er prêtre eudiste africain, Jacob Médéwalé Agossou, qui a rendu l’âme, le 08 octobre 2018, dans sa 79ème année, a été inhumé, ce jeudi 25 du même mois au séminaire St Jean Eudes, d’Atrokpocodji, dans la Commune d’Abomey-Calavi. Des religieux et autorités politico-administratives ont rendu un hommage mérité à l’illustre disparu.

Par Bertrand DEGNON

Quatre grandes étapes officielles ont marqué les obsèques du père Agossou, les mercredi 24 et jeudi 25 octobre 2018: doubles hommages au défunt à l’Eglise Bon Pasteur de Cadjèhoun pour ses qualités d’ancien Curé et de fondateur de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), sise dans l’enceinte de ladite chapelle ; grande veillé de prière en présence du corps au séminaire St Jean Eudes, d’Atrokpocodji ; messe de requiem célébrée, jeudi à la paroisse St Thèrèse de Godomey par Mon Seigneur Roger Houngbédji, Archevêque de Cotonou et la cérémonie d’inhumation au cimetière des eudistes du séminaire St Jean Eudes.

Les Hommages…..

Selon le père Epiphane Ahouansè, directeur national de l’Enseignement catholique au Bénin, le père Jacob Mêdéwalé Agossou est un fils authentique, de père et de mère de la Vallée de l’Ouémé, principalement de Hondji, non loin de Dangbo. Il y est né et y a grandit avant d’être accueilli par le patriarche, le père Dominique Adéyèmi, chez qui il est resté et a été à l’école.

Il est parti de là pour son séminaire à Ouidah. Il s’est ensuite rendu en Europe pour ses études et a intégré l’ordre des eudistes ; ce faisant, il est devenu par providence, le 1er prêtre africain eudiste. C’est un intellectuel hors pair ; théologien et philosophe.

Il a servi à Abidjan avant Cotonou où, il a déployé ses connaissances. Il est resté un homme très ouvert, très jovial, un homme de cœur qui partage beaucoup. “Il a été mon professeur de grand séminaire à St Galle ; c’est aussi grâce à lui qu’on a l’UCAO“, a précisé l’intervenant, prophétisant que le défunt qui est le précurseur de Wxémèhwé, va intercéder depuis l’au-delà pour la pérennisation des retrouvailles des filles et fils du pays Ouémè.

Antoine Bonou : « Nous sommes tous éplorés ! Mes condoléances à toute l’église catholique romaine, au Clergé béninois, à tout le pays Ouémè et surtout aux proches de l’illustre disparu qui a été pour nous, un pionnier de Wxémèhwé. Il fait partie de ceux qui ont eu l’idée pour que nous nous retrouvions à cette messe à Azonwilissè, il y a neuf ans. C’est à l’issu de cette messe qu’il avait lui-même présidé qu’est né Wxémèhwé. C’est un baobab qui est tombé. Car, il est le premier prêtre africain eudiste, natif de Ouémè ! Nous sommes spirituellement riches. Le premier prêtre de Dahomey, le père Mouléro Djogbénou est de l’Ouémè. C’est une fierté ! Nous n’avons qu’à prier pour les jeunes prêtres afin qu’ils héritent de ces valeurs ! Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’année. Le père Agossou qui aime si tant sa localité va veiller de l’au-delà afin que l’union prôné règne dans Ouémè ».

Précisons que le coordonnateur de Wxémèhwé s’est personnellement investi pour les funérailles du père Agossou. Des gadgets à l’effigie du disparu ont été offerts par Antoine Bonou qui a également mobilisé des enfants orphelins pour vivre ces évènements dans l’hypothèse de susciter en eux, l’instinct spirituel.

Il y a eu une pléthore de témoignages sur l’Homme ! Il a été plus qu’exemplaire et reste une référence spirituelle dans sa vie religieuse !

Né en juin 1939 et ordonné prêtre, le 20 décembre 1968, le père Jacob Mêdéwalé Agossou a été incorporé à la congrégation de Jésus et Marie, le 14 septembre 1970 et devint le 1er eudiste africain et aîné d’une multitude de frères. De 1971 à 1977, il enseigna au Grand Séminaire d’Anyama en Côte d’Ivoire. De 1977 à 1990, il fut professeur à l’Institut supérieur de Culture religieuse à Abidjan. A partir de 1982 jusqu’en 2000, il fut le premier supérieur régional de la région eudiste d’Afrique. Dans le même période, il était le curé de la paroisse Bon Pasteur de Cotonou et professeur de philosophie au Grand Séminaire St Galle de Ouidah ; Charge qu’il assuma de 1989 à 2005 ; année à laquelle il fut nommé premier vice provincial des eudistes africains.

 DEB

Deuil